TOUT CE QUE JE VOIS

Posted on 15 Avr 2018 | 0 comments


Vence, le 15 avril 2018.

Bonjour Isabelle,

Je vais avoir votre visite, en qualité d’infirmière, dans l’heure qui vient, et j’éprouve le besoin de vous parler.

Je ressens – je ne sais pas très bien pourquoi – le besoin de vous dire que tout ce que je vois du monde qui m’entoure m’émerveille, et, en même temps, me fait peur.

Voici ce qui m’émerveille : tout ce que je vois autour de moi fonctionne correctement : les plantes, les animaux, les hommes et les femmes. Certes, il y a, de temps à autres, des accidents; comme la chute que j’ai faite, il y a dix jours… Mais, quoiqu’il arrive, on finit bien par trouver une solution. Et vous y êtes pour quelque chose, Chère Isabelle!

Oui, je vois le monde fonctionner, même si c’est au prix d’un certain travail.

Et toutes fois, je me sens obligé de dire que ce monde qui m’émerveille, me fait peur, en même temps.

Je viens d‘assister en effet à des bombardements en Syrie qui ont été opérés par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France , dans la nuit du 13 au 14 avril. Ces trois pays ont officiellement déclaré qu’en procédant à ces bombardements ils ont entendu mettre fin à des massacres commis, récemment, en Syrie Orientale, par le gouvernement syrien.

François Delattre, l’ambassadeur français à l’O N U, a plaidé en faveur des frappes opérées par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Ces frappes doivent permettre, selon lui, de « restaurer l’interdiction absolue des armes chimiques qui est gravée dans le marbre des conventions internationales.»

Et Il est vrai qu’une Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l’emploi des armes chimiques et sur leur destruction (encore appelée « Convention sur les armes chimiques ») a été signée à Paris le 13 janvier 1993.

Il faut néanmoins observer que le trois états qui ont opéré les bombardements du 14 avril 2018 avaient signé, en son temps, cette convention. Toutefois, ils n’ont pas jugé utile de respecter la procédure que cette Convention avait prévue.

Chère Isabelle, je crois que nous devons tous nous mettre au travail, quelle que soit notre place dans la société, pour que tous les états dignes de ce nom admettent la nécessité de veiller à ce qu’une convention internationale vienne contrôler toute utilisation de l’arme chimique.

Et cela me fait du bien de vous en parler, comme cela me ferait du bien d’en parler aux lecteurs de mon blog « 06demain.fr ».

Qu ‘en pensez-vous?.

Je vous dis mon amitié.

Pierre Marchou

P. S. Isabelle m’a donné l’autorisation de publier cette lettre dans mon blog « 06demain.fr » sans donner son nom de famille. C’est ce que je fais. Je l’en remercie sincèrement.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *