Sheila Reid « Le paradoxe de l’art. »

Posted on 30 Avr 2018 | 0 comments


.

Sheila Reid a publié un livre intitulé : « Radiance ».

Il s’agit là du nom de la dernière création de cette artiste.

Dans ce livre, Sheila Reid vient nous raconter la naissance de son oeuvre.

Et ce récit a de quoi nous surprendre, et nous émouvoir.

En voici quelques extraits :

« Il est intéressant de savoir combien j’en sais peu sur l’œuvre d’art avant de commencer à la fabriquer. Mais ensuite, quand j’ai réalisé l’œuvre, elle commence à me montrer des choses, une meilleure compréhension de la réalité, ou peut-être de la beauté, non pas parce qu’elle est belle, mais parce qu’elle est vraie. »

Sheila Reid nous dit qu’au moment de créer une oeuvre, elle ignore, ou presque, ce qu’elle va créer. Ce n’est qu’après avoir été créée que son oeuvre va lui révéler quelque chose sur ce qu’elle vient de faire, et peut-être aussi, sur le monde qui nous entoure.

Il y a là un paradoxe qui éveille notre curiosité et nous invite à accompagner cette artiste dans la découverte de notre monde.

Autre citation de Sheila Reid :

« Les gens me demandent ce que « Radiance » signifie. Ce n’est pas une question facile parce que nous sommes soucieux de ne pas substituer une explication à une chose réelle.

Chaque œuvre d’art contient tous les composants de l’artiste qui l’a réalisée, l’intellect, la vie émotionnelle, l’histoire, et même les sentiments et le moment où elle a été créée. Ainsi elle a beaucoup plus qu’un seul sens. L’Art a souvent été qualifié de langage particulier, de communication intuitive, non verbale, visuelle. Il s’ouvre sur toutes sortes d’aspects de l’artiste et de son environnement.

Pour ceux qui regardent l’œuvre, il y a aussi une sorte de découverte de soi-même. C’est un moyen de dévoiler un côté de vous-même que vous ne connaissiez pas auparavant. Quelque fois cette découverte est très éloignée des intentions de l’artiste. Mais cela n’a pas d’importance. L’œuvre a sa propre identité et les gens réagissent à cela de différentes manières. Les critiques disent qu’il y a une sorte de jeu dans mon travail qui force les gens à fabriquer leur propre histoire. C’est vrai, vous devenez un participant à l’œuvre d’art. »

Ces derniers mots de Sheila Reid justifient peut-être ce que je me permets d’appeler  » le paradoxe de l’art ». Son oeuvre vient bouleverser notre regard sur le monde, tout en nous invitant à le redécouvrir.

Voici un nouveau passage de l’œuvre de Sheila Reid :

« Radiance » » est un monde en soi, indépendant, autonome, complet. L’endroit génère une zone d’énergie, que ne contrôlent ni l’artiste qui la créée, ni le collectionneur chez qui cette œuvre a été construite, ni personne d’autre.

Cela dit, « Radiance » est une installation qui a été construite dans une propriété privée. On ne peut y accéder qu’à l’invitation du propriétaire des lieux. Sheila Reid nous indique qu’elle peut obtenir cette invitation pour ceux qui la solliciteront auprès d’elle. Il suffit, pour cela, que ceux qui souhaitent visiter cette oeuvre lui adressent un courriel à l’adresse suivante : « sheila8383@aol.com ».

Je reste, pour ma part, à la disposition de ceux qui le souhaiteront. Ils peuvent me joindre à l’adresse de mon blog  « 06demain ».

Oui, faisons un pas vers « Radiance ».

Nous marcherons vers un paradoxe qui nous tend la main.

Nous partagerons le bonheur de découvrir une oeuvre généreuse, et, peut-être, d’apprendre quelque chose de nouveau sur nous-mêmes.

Pierre Marchou

P. S. On peut également passer commande du livre de Sheila Reid, « RADIANCE », en tapant « Sheila Reid RADIANCE » sur le site « amazon.fr ».

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *