Qui m’a donné mes deux yeux?

Posted on 28 Nov 2020 | 0 comments


Oui, les deux yeux de ce petit poisson dont je me suis naguère régalé (1) continuent de me poursuivre. Ils me posent toujours la même question : pourquoi un petit poisson a-t-il, comme moi et bien d’autres êtres vivants, ces mêmes deux yeux ?

D’une certaine façon, la réponse est claire : ces deux yeux nous permettent de voir. Cela présente, évidemment, un intérêt certain. Mais une question continue de se poser : comment tous ceux qui sont pourvus de ces yeux – et ils sont nombreux – ont-ils pu bénéficier de ces merveilleux outils?

Qui m’a donné mes deux yeux?

Je peux répondre que ce sont mon père et ma mère qui m’ont donné ces deux yeux. Mais de qui les tenaient-ils?

Le petit poisson dont je me suis, un jour, régalé a été silencieux à propos de ses deux yeux. Certes, cela ne m’a pas empêché de le manger avec plaisir, mais cela ne m’avance guère sur la question que je me pose, un peu tardivement il est vrai : à quoi, ou à qui les bénéficiaires de ces deux yeux dont nous nous servons, vous et moi, doivent-ils leur présence chez un grand nombre de personnes et d’animaux?

Oui, la question est un peu insolite. Et elle en appelle une autre : qui a eu l’idée de ces deux yeux? Serait-ce quelqu’un qui a créé le monde dans lequel nous vivons? Nombreux sont ceux qui ont abordé cette question. Nombreuses sont les réponses qui lui ont été apportées.

Pour ma part, je me permets de proposer une réponse. Elle s’appuie sur une simple contemplation de notre monde : nous avons, devant nous, des choses qui sont, à la fois, très nombreuses et qui, en même temps, se montrent très utiles aux hommes que nous sommes. J’ai évoqué l’œil comme un exemple de ces choses. Et je peux être tenté de penser que l’oeil est né en même temps que l’homme, dans le cadre de la création d’un large univers, que ce même homme semble, à son tour, invité à construire.

Qui nous invite à poursuivre la création de l’univers ? La réponse, à mon sens, est là, devant nos yeux : ce monde est beau. QUELQ’UN NOUS DIT :  « CONTINUONS DE LE CONSTRUIRE. »

 Pierre Marchou

(1) Il s’agit là du titre d’un article que j’ai écrit il y a quelque temps et qui figure dans le présent recueil sous le titre « Les deux yeux d’un petit poisson ».

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.