Quand Hawking parle de Dieu dans son ouvrage « Brève histoire du temps »

Posted on 23 Avr 2020 | 0 comments


P. 31 A la question : « Que fit Dieu avant de créer l’Univers? » Saint Augustin répondait que le temps était une propriété de l’Univers que Dieu avait créé, et que le temps n’existait pas avant. Aujourd’hui, nous avons encore très envie de savoir pourquoi nous sommes là et d’où nous venons.

P 36 Aujourd’hui, les savants décrivent l’Univers d’après deux théories partielles de base, la théorie de la Relativité générale et la Mécanique quantique. L’un des plus grands efforts en physique aujourd’hui, et le thème majeur de ce livre, porte sur la recherche d’une nouvelle théorie qui les engloberait : une théorie quantique de la gravitation.

P. 91 Einstein, prix Nobel pour sa contribution à la mécanique quantique, n’a jamais admis que l’Univers soit gouverné par le hasard; il a exprimé son sentiments dans la célèbre formule : « Dieu ne joue pas aux dés. »

P. 175 La science semble avoir découvert un ensemble de lois, à l’intérieur des limites apportées par le principe d’incertitude, qui nous dit comment l’Univers se développera dans le temps si nous connaissons son état à un moment quelconque. Ces lois peuvent avoir à l’origine été créées par Dieu, mais il semble que ce dernier ait, depuis lors, laissé l’Univers évoluer d’après elles et qu’il n’intervienne plus. Mais comment a-t-il choisi l’état initial ou la configuration de l’Univers? Quelles sont les « conditions aux limites » au commencement du temps? Une réponse possible consiste à dire que Dieu a choisi la configuration initiale de l’Univers pour des raisons que nous ne pouvons espérer comprendre. Il est difficile de voir comment des conditions de chaos initial peuvent avoir donné naissance à un Univers aussi lisse et aussi régulier à grande échelle que le nôtre à l’heure actuelle… C’est un peu comme la cohorte bien connue de singes tapant sur leurs machines à écrire – la plus grande part de ce qu’ils écriront sera à mettre au rebut mais, très occasionnellement, par pur hasard, ils écriront l’un des sonnets de Shakespeare.

P. 180.

Bien sûr, il pourrait y avoir d’autres formes de vie intelligente – dont les écrivains de science-fiction n’auraient même pas rêvé – qui ne requièrent pas la lumière d’une étoile comme le Soleil ou les éléments chimiques plus lourds forgés au sein des étoiles et soufflés dans l’espace quand elles explosent. La plupart de ces ensembles de valeur auraient donné naissance à des univers qui, bien qu’ils puissent être très beaux, n’auraient contenu personne pour admirer leur beauté. On peut prendre cela comme preuve d’une résolution divine de Création et du choix des lois physiques, ou comme support du principe anthropique fort… L’état initial de l’Univers a dû réellement être choisi avec beaucoup de prudence, si le modèle de Big Bang chaud est correct jusqu’au commencement des temps. Il serait très difficile d’expliquer que l’Univers n’aurait dû commencer que de cette façon, à moins que ce soit l’acte d’un Dieu désireux de créer des êtres comme nous.

P. 202 Tant que l’Univers aura un commencement, nous pouvons supposer qu’il a eu un créateur. Mais si r réellement l’Univers se contient tout entier, n’ayant ni frontières ni bord, il ne devrait avoir ni commencement ni fin : il devrait simplement être. Quelle place reste-t-il alors pour un créateur?

P. 242 Si nous découvrons une théorie complète, elle devrait un jour être compréhensible dans ses grandes lignes par tout le monde, et non par une poignée de scientifiques. Alors, nous tous, philosophes, scientifiques et même gens de la rue, seront capables de prendre part à la discussion sur la question de savoir pour quoi l’Univers et pourquoi nous existons. Si nous trouvons la réponse à cette question, ce sera le triomphe ultime de la raison humaine – à ce moment, nous connaîtrons la pensée de Dieu.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *