Polygone Riviera : le risque d’embouteillage.

Posted on 2 Oct 2014 | 3 comments


Le plan de circulation affiché, depuis quelques jours, sur la route qui relie Cagnes-sur-Mer à Vence a de quoi inquièter les Vençois.

Il semble en effet ressortir de ce plan que la liaison routière Cagnes-Vence qui longera le site du « Polygone Riviera » restera à deux voies dans les deux sens.

Or, comme le reconnaissent eux-mêmes les promoteurs de ce nouveau centre commercial, la circulation est déjà difficile sur cette voie, à l’endroit en question. Ils notent que 19 000 véhicules empruntent chaque jour cette artère, l’Avenue des Alpes, entre Cagnes et Vence, ce qui provoque déjà des commencements d’embouteillage.

Il est, en tout état de cause, indispensable de confier à des spécialistes compétents la mission d’établir un chiffrage des véhicules qui seront utilisés, heure par heure, par l’ensemble des personnes qui vont entrer et sortir de ce grand centre commercial.

Si l’on tente d’évaluer, sur la base du simple bon sens, le volume futur du trafic engendré autour du Polygone Riviera, ont peut avancer les chiffres suivants : aux 19 000 véhicules par jour qui ont été comptés aujourd’hui sur ces voies, on peut prévoir un trafic supplémentaire de 10 000 véhicules utilisés chaque jour par les personnes qui auront une activité professionnelle sur ce site, et de 60 000 véhicules par jour pour les visiteurs-clients du Polygone. Cela donne un total probable de près de 90 000 véhicules qui seront, chaque jour, appelés à circuler sur l’Avenue des Alpes.

Il est clair que l’actuelle configuration, si elle se limite toujours à une double voie dans chaque sens est incapable de répondre aux besoins d’un tel trafic, quels que soient les aménagements envisagés par ailleurs.

En tout état de cause, il est indispensable de procéder, si cela n’a pas encore été fait, à une étude techniquement incontestable qui permette de prévoir le volume de la circulation automobile qui va se manifester sur ce site. Si cette étude a déjà été faite, il est impératif que ses auteurs la publient officiellement.

C’est aujourd’hui qu’il convient de prévoir une réponse valable au problème de circulation qui risque de peser très lourdement sur la circulation routière à proximité du Polygone Riviera.

Il y va de l’intérêt vital des habitants du pays vençois qui sont amenés à circuler tous les jours sur cet axe routier. Notons aussi que le bon fonctionnement commercial  du Polygone Riviera  est également tributaire de ce même axe.

Le risque d’embouteillage menace tout le monde. Il est grand temps de s’en préoccuper.

 

Pierre Marchou

3 Comments

  1. Bonjour Pierre,
    Déjà en 2006 ou 2007, interrogé sur un permis partiel sur ce secteur, j’avais émis un avis défavorable dont une des raisons était :
     » La surcharge d’un axe souvent saturé : l’avenue des Alpes, en plus du transit, supporte plusieurs grosses opérations,… peut-elle raisonnablement accepter encore « 5600 visiteurs/jours » ( à l’époque le projet était plus petit ! – le chiffre donné surement sous-estimé ?) + les employés + les livreurs + les collecteurs de déchets +…?
    Les dossiers sur les axes supplémentaires de dessertes sont peu précis : financement, délais… »
    Malgré ce point défavorable , et ce n’était pas le seul, le projet a été non seulement accepté mais amplifié …
    Les décideurs savaient que le projet poserait des problèmes mais ils n’ont pas tenu compte des avis des professionnels; au contraire l’opération a été fractionnée pour éviter, entre autres, que le point de la circulation condamne le projet global !
    Mais celui qui crée, en toute connaissance de cause, un problème à une collectivité est-il condamnable ?

    Post a Reply
  2. Cher Pierre ,
    Tout à fait d’accord avec ton analyse ce projet dans la banlieue nord de Cagnes perturbera aussi la circulation pour les habitants de Saint Paul, La Colle …en réalité tout le moyen pays !
    Je m’etais opposé à l’implantation d’IKEA voulant éviter aux vençoises et aux vençois les bouchons des vendredis et samedis
    L’étude demandée ne sera que temporaire
    Il faut néanmoins bien montrer notre détermination et soutenir à VENCE nos activités culturelles et commerciales
    Bien à toi

    Post a Reply
  3. « Celui qui crée, en toute connaissance de cause, un problème à une collectivité est-il condamnable ? »

    Oui, Jean Dalloni, comme tu sembles toi-même l’indiquer, les promoteurs du Polygone Riviera portent une responsabilité dans la grave menace d’embouteillage qui pèsera sur l’ Avenue des Alpes, lorsque ce centre commercial sera ouvert.
    Mais cette responsabilité pèse aussi, bien évidemment, sur la Métropole Nice-Côte d’Azur, qui gère le territoire concerné. Je me permets de rappeler que le maire de Vence, qui a toute ma sympathie, est Vice-président de cette Métropole.
    Je me suis laissé dire que notre Métropole a pris l’initiative d’une étude prévisionnelle sur le trafic que l’Avenue des Alpes aura à satisfaire lors de l’ouverture du Polygone. Si c’est bien le cas, il convient que la Métropole publie dès que possible les résultats de cette supposée étude.

    Pourquoi « dès que possible »?

    La réponse à cette question est claire.

    S’il s’avérait que l’actuelle double voie ne serait pas en mesure de satisfaire à un écoulement normal de la circulation lors de l’ouverture du Polygone, il conviendrait d’engager des travaux pour la création de voies nouvelles. Ces travaux exigent un minimum de 12 mois. Or l’ouverture du Polygone est prévue dans environ 6 mois.
    En d’autres termes, dans l’hypothèse où des travaux nouveaux seraient à engager, il serait indispensable de les commencer tout de suite.

    Or, l’hypothèse – hélas probable – où ces travaux nouveaux seraient nécessaires ne pourra se vérifier qu’en prenant connaissance des études prévisionnelles dont il vient d’être question.

    Une conclusion s’impose donc : la nécessité de connaître le résultat d’une étude prévisionnelle sur le trafic automobile qui va se manifester sur l’Avenue des Alpes à la suite de l’ouverture du Polygone Riviera.

    Si cette étude et en cours de réalisation, il est urgent qu’on en connaisse le résultat.

    S’il s’avérait que, contre toute attente, cette étude n’a pas été engagée, la Métropole devrait la réaliser sans attendre.

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *