OUI, NOUS POUVONS ACCUEILLIR LES MIGRANTS

Posted on 20 Sep 2016 | 2 comments


20 septembre.

Comme je l’indiquais dans un article précédent, Angela Merkel, qui dirige le gouvernement allemand, déclarait, à propos de l’accueil dans son pays de plus d’un million d’immigrés en 2015 : « Nous pouvons le faire! »

Le revers électoral qu’elle vient de subir, ces jours derniers, en Poméranie, puis à Berlin, résulte vraisemblablement  de la position qu’elle a prise en faveur de l’accueil des immigrés. Le parti d’extrême droite « Alternative pour l’Allemagne » , qui constitue pour elle une menace, doit en effet sa progression électorale à la campagne qu’il a menée contre l’accueil des immigrés.

En France aussi, on assiste à la progression de cette même inquiétude, concernant l’accueil des immigrés.

Pourtant, nombreux sont ceux qui chez nous, voient dans cet accueil un geste utile au bénéfice d’ hommes, de femmes et d’enfants menacés dans leur existence. Encore faut-il que cet accueil ne mette pas en cause l’avenir de notre pays.

Or, il faut noter qu’ un certain nombre d’observateurs de la vie économique voient dans cet accueil des migrants une perpective de développement.

On peut lire, dans un article du journal « Le Monde » daté d’ aujourd’hui : »L’immigration répond à des besoins non pourvus » souligne Jean-Christophe Dumont, chef de la division des migrations internationales à l’OCDE. (Pour ma part, je traduis les mots « non pourvus » par les mots « non satisfaits »).

Le même article annonce que , en 2015, les pays développés comptaient 4,8 millions de nouveaux migrants permanents ayant obtenu un droit d’installation. Mais ce chiffre ne représente que 0,4 % de la population de ces États.

Autre remarque , toujours dans le même article :  » L’impact de la migration n’est pas le même pour tout le monde », note Stefano Scarpetta, Directeur de la division emploi, travail et affaires sociales de l’OCDE. « Les immigrés se concentrent presque toujours dans des zones urbaines spécifiques, souvent les plus défavorisées ».

Et pour Christophe Dumont – déjà cité plus haut – la France manque d’une politique d’intégration à long terme, en invitant, par exemple, les employeurs à aider les migrants dans leurs démarches pour décrocher un premier emploi.

« Si l’immigration est bien gérée, il n’y a pas de raison d’en avoir peur. Mais il est difficile en France de mener un débat apaisé, qui ne se contente pas de relayer les craintes de la population, » déplore Christophe Dumont.

Et je tente modestement, de mon côté, une conclusion provisoire : tous ceux qui pensent, à juste titre, que l’accueil des migrants, dans nos pays développés, est à la fois souhaitable pour eux, et utile pour nous, doivent travailler, jour après jour, pour apaiser le débat qui doit accompagner cet accueil.

Cela suppose que s’estompe, dans la tête de chacun, la peur de l’ « autre ».

L’ « autre » , en arrivant chez nous, ne peut cacher sa différence. Sachons apprécier cette différence. Elle est peut-être susceptible de nous aider.

Pierre Marchou

2 Comments

  1. C’est intéressant de vous lire.
    Merci Monsieur Marchou

    Post a Reply
    • Bonjour,

      Merci de votre message.

      Je vous demande un service : avez-vous reçu, aujourd’hui, la notification de mon dernier article, qui concerne notre « besoin de paix »?

      Bien à vous.

      Pierre Marchou

      Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *