Lettre à Monseigneur André Marceau , Evêque de Nice

Posted on 1 Août 2014 | 0 comments


 

Monseigneur,

Je viens de prendre connaissance du communiqué que vous venez d’adresser à vos paroissiens, en date du 31 juillet 2014.

Je fais partie de ces paroissiens, et, à ce titre, je me permets de vous écrire, pour vous remercier, sincèrement, de ce texte, et vous dire, d’abord, qu’il m’a ému.

Je souscris bien sûr à votre invitation à prier pour la paix.

Et je réécoute ces paroles du Pape François que vous nous rappelez utilement :  Pour faire la paix, il faut du courage, bien plus que pour faire la guerre… « Oui »  à la négociation et « non » aux hostilités, « oui »  au respect des accords  et « non »  aux provocations…

Dans  l’élan que suscitent ces paroles, j’éprouve le besoin de  venir vous dire que je crois souhaitable, que chacun travaille pour cette paix.

Je dis bien « chacun ». Parce que je pense que chaque homme, et chaque femme, peut faire quelque chose , quelle que soit sa place  dans notre société, pour construire cette paix dont notre monde a un si grand besoin.

Comme vous le rappelez utilement, le premier terrain de la paix est la vie de chaque jour. Et dans notre vie de chaque jour, il y a, sans doute, une petite place pour faire ce « quelque chose »  pour la paix.

Permettez-moi un mot sur ce « quelque chose ».

Je crois sincèrement qu’il existe une sérieuse possibilité de construire une paix durable en travaillant à ce que le plus grand nombre possible de nations, dans le monde, chargent l’O N U de la construction pacifique et démocratique d’un état palestinien, comme  elle  l’avait  d’ailleurs  décidé en 1947. (1)

Et je pense que chacun de nous peut faire quelque chose pour que son pays s’adresse dans ce sens à l’O N U.

Je me permets de publier une copie de la présente lettre sur mon blog dans la mesure où votre communiqué a, lui aussi, un caractère public , et parce que je crois utile d’en informer mes amis et correspondants.

Je vous adresse, Monseigneur, l’expression de mes sentiments respectueux, et cordiaux.

 

Pierre Marchou

 

(1) On peut trouver le détail de ce recours possible à l’O N U dans les articles de mon blog, sur mon site internet  : « 06demain.fr ».

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *