ISRAEL ET NOUS

Posted on 11 Jan 2017 | 0 comments


J’aime le pays d’Israël, et tous ses habitants. Et c’est la raison pour laquelle je souhaite la création d’un État palestinien.
 Certes, Il ne s’ agit pas, pour moi, de justifier en quoi que ce soit les crimes commis par ceux qui mènent une lutte sanglante pour la création d’un Etat palestinien.
 Mais je crois qu’ il faut prendre en compte les quatre millions d’habitants qui vivent en Cisjordanie, et que l’on nomme « palestiniens ». On doit bien constater qu’il n’existe pas, aujourd’hui, un État qui donne à cette population les droits  – et qui lui impose les devoirs –  inhérents à tout État.
 La résolution 2334, prise par le Conseil de Sécurité de l’O N U  le 23 décembre 2016, ouvre, une nouvelle fois, la voie à la création pacifique d’un État Palestinien.
A ce sujet, il est utile de rappeler la décision de l’Assemblée Générale de l’O N U en date du  29 novembre 1947, qui décidait la création en Palestine d’un État pour les Juifs  et d’un État pour les Arabes. L ‘ État pour les Juifs a été créé en 1948. L’État pour les Arabes n’a pas encore vu le jour.
 La non-existence de cet État pèse lourdement sur la vie de millions de Palestiniens.
 Mais elle pèse aussi sur le sort du monde entier.
On peut craindre en effet que l’arme atomique soit aujourd’hui dans des mains susceptibles d’en faire un usage catastrophique.
L’éventualité de la fabrication d’une arme nucléaire, en Iran notamment, est à prendre en compte. Une fois fabriquée, comment, et par qui son utilisation sera-t-elle contrôlée?
 Aujourd’hui, il est peut-être plus difficile pour un État de maîtriser l’usage d’une bombe atomique que de la fabriquer.
 À ce sujet, j’ai le devoir de rappeler que l’accord intervenu le 14 juillet 2015 entre les pays du « P5 + 1 » (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume Uni, Allemagne)  et  l’Iran stipule, chaque fois que cela sera utile, la mise en place d’un « break out » d’au moins un an. Le « break out » entraîne l’arrêt, en Iran, de toute création de matière nucléaire. Sa durée correspond au temps que l’on estime nécessaire à fin de produire assez d’uranium enrichi pour fabriquer une arme atomique.
Malheureusement, chacun sait que cet accord a été considéré comme inefficace par l’ensemble des observateurs internationaux, y compris par ceux qui relèvent des pays signataires de cet accord du 14 juillet 2015.
Dès lors, comment faire pour éviter l’usage catastrophique d’une bombe atomique par des individus incontrôlés?Je risque une réponse : faire en sorte qu’une autre solution s’impose pour répondre au conflit qui se manifeste sur la terre d’Israël.
Et voilà qu’aujourd’hui, face à l’inquiétude qui m’assaille, quelqu’un vient me tendre la main.
Je viens de lire, ce 28 Décembre 2016 une très belle interview de l’astrophysicien Hubert Reeves, dans le journal « le Monde ». Il nous déclare : « L’histoire de l’Univers est l’histoire de chacun d’entre nous ».
Et je le citer encore : « Nous sommes capables de réchauffer la planète, d’acidifier
les océans, nous avons une puissance fantastique, mais cette puissance pourrait nous éliminer, comme elle a failli nous éliminer pendant la guerre froide. »
Hubert Reeves se réfère, dans cette phrase, à la perspective de conflit qui s’est manifestée après la seconde guerre mondiale entre deux puissances nucléaires, qui étaient les Etats-Unis et l’URSS. On peut penser que le monde est alors passé assez près d’une guerre nucléaire susceptible de provoquer la fin de notre monde.
Je me permets une dernière citation :
 « Il n’y a qu’une seul possibilité pour l’humanité de continuer à vivre, à durer c’est de prendre exemple sur les tortues. Les tortues existent depuis 250 millions d’années. Elles ont traversé de grandes crises du vivant, et elles sont toujours là. Elles ont appris la bonne recette : s’insérer dans un écosystème et vivre en harmonie avec les autres êtres vivants. Si nous n’apprenons pas cela,  nous disparaîtrons. »
 Oui, je dis merci à Hubert Reeves. Son message, teinté à la fois de sagesse et d’humour, me semble utile. Il nous invite à porter, comme lui, un regard à la fois généreux et lucide sur notre monde d’aujourd’hui.
Et je crois devoir le répéter : il est urgent de soutenir la création d’un État palestinien, afin de permettre aux hommes et femmes de cette région de « vivre en harmonie ».
 Le sort d’Israël en dépend.
Et le nôtre aussi.
Pierre Marchou

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *