Henri Matisse et Dieu

Posted on 1 Juil 2017 | 0 comments


« Si je crois en Dieu? Oui, quand je travaille. Quand je suis soumis et modeste, je me sens tellement aidé par quelqu’un qui me fait faire des choses qui me surpassent. » 

C’est ainsi que Matisse s’exprimait dans « JAZZ », le livre qu’il publiait en 1947.
Ce faisant, il réinventait le mot « croire ».
Croire, non pas en ce que Dieu peut nous dire, mais en ce qu’Il nous aide à voir, lorsque, avec lui, nous travaillons – même très modestement – à la construction de notre monde.
Oui, chacun de nous a pu faire cette expérience : le travail que nous faisons, quelle que soit sa nature, est en mesure de nous aider à découvrir le milieu où nous vivons. 
Je me permets de répéter le propos de Matisse : « Quand je suis soumis et modeste, je me sens tellement aidé par quelqu’un qui me fait faire des choses qui me surpassent.»
Certes, il ne s’agit pas, pour chacun de nous, de faire un parcours comparable à celui de Matisse… Il s’agit seulement de découvrir ce que le travail de création qui est le notre rejoint, à sa toute petite place, celui de Matisse, lequel s’inscrit, à son tour, dans un immense processus de création, que l’on peut appeler « Dieu ».
« Si je crois en Dieu? » demande Matisse.
Comme lui, je suis tenté de répondre :
« Oui, quand je travaille. »

C’est à dire quand je crée quelque chose, au sein de cet immense processus de création que je crois sentir autour de moi. Même si ce que je crée se situe au très modeste niveau qui est le mien.

Pierre Marchou

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *