A propos du futur second collège de Vence

Posted on 21 Fév 2009 | 0 comments


A Propos du futur second collège de Vence.

1/ En ce qui concerne la capacité de l’établissement.
Ramener la capacité du collège à l’accueil de 600 élèves est regrettable. En effet, il faut constater que 400 enfants vençois devraient d’ores et déjà être accueillis dans un nouveau collège si celui-ci ouvrait ses portes aujourd’hui : le collège de La Sine est actuellement surpeuplé, avec les graves inconvénients que cela comporte au niveau de la vie quotidienne des élèves et des enseignants ; Il conviendrait en effet de ramener son effectif à 700 enfants alors qu’il en reçoit aujourd’hui plus de 900. D’autre part, 200 enfants sont aujourd’hui en quelque sorte « expatriés » à La Colle et à Saint-Jeannet. La capacité d’accueil pour des élèves supplémentaires ne serait aujourd’hui que de 200 élèves nouveaux (600 places moins 400 places destinées aux enfants qui devraient, aujourd’hui déjà, être accueillis dans un nouvel établissement). Dans trois ans, si le nouveau collège est ouvert dans ce délai, cette capacité supplémentaire de 200 élèves ne pourra pas répondre à la nécessité d’accueillir normalement les enfants dans les 20 années qui suivront l’ouverture de l’établissement.

2/ En ce qui concerne le choix du terrain prévu pour la construction.
Près de 70% des habitants de notre commune n’habitent pas le centre-ville. La majorité des élèves seront nécessairement acheminés par leurs parents en voitures particulières. Le quartier des Mellières ne peut pas supporter un tel accroissement du trafic automobile.
D’autre part, le terrain de la Ferrage a vocation à accueillir un centre de congrès, jumelé avec un hôtel axé sur le tourisme d’affaires. Il s’agit là d’un atout essentiel pour le développement de l’activité de notre commune. Il serait très dommage de renoncer à cette perspective de développement qui intéresse l’avenir du commerce et de l’emploi à Vence.
Notons à ce sujet que la salle de spectacles, dont la construction est prévue à juste titre sur le site « Marie-Antoinette », ne sera pas en mesure d’accueillir de véritables congrès, pour des raisons techniques évidentes. L’activité « congrès », au sens plein du terme, devrait donc être envisagée à La Ferrage.
Compte tenu de ce qui précède, on peut, pour le moins, regretter la perspective de voir le terrain de La Ferrage occupé par un collège trop petit, et susceptible de compromettre la vie de ce quartier.
On peut également s’interroger sur l’abandon du projet à Vosgelade. Les habitants de ce quartier ne sont pas, dans leur majorité, hostiles à un projet qui donnerait vie à leur quartier et accueillerait leurs enfants. Vence pourrait y réaliser un collège digne de ce nom, et répondant utilement aux besoins de la moitié « est » de la commune.

Pierre Marchou

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *