06demain

Blog


P. 31 A la question : « Que fit Dieu avant de créer l’Univers? » Saint Augustin répondait que le temps était une propriété de l’Univers que Dieu avait créé, et que le temps n’existait pas avant. Aujourd’hui, nous avons encore très envie de savoir pourquoi nous sommes là et d’où nous venons.

P 36 Aujourd’hui, les savants décrivent l’Univers d’après deux théories partielles de base, la théorie de la Relativité générale et la Mécanique quantique. L’un des plus grands efforts en physique aujourd’hui, et le thème majeur de ce livre, porte sur la recherche d’une nouvelle théorie qui les engloberait : une théorie quantique de la gravitation.

P. 91 Einstein, prix Nobel pour sa contribution à la mécanique quantique, n’a jamais admis que l’Univers soit gouverné par le hasard; il a exprimé son sentiments dans la célèbre formule : « Dieu ne joue pas aux dés. »

P. 175 La science semble avoir découvert un ensemble de lois, à l’intérieur des limites apportées par le principe d’incertitude, qui nous dit comment l’Univers se développera dans le temps si nous connaissons son état à un moment quelconque. Ces lois peuvent avoir à l’origine été créées par Dieu, mais il semble que ce dernier ait, depuis lors, laissé l’Univers évoluer d’après elles et qu’il n’intervienne plus. Mais comment a-t-il choisi l’état initial ou la configuration de l’Univers? Quelles sont les « conditions aux limites » au commencement du temps? Une réponse possible consiste à dire que Dieu a choisi la configuration initiale de l’Univers pour des raisons que nous ne pouvons espérer comprendre. Il est difficile de voir comment des conditions de chaos initial peuvent avoir donné naissance à un Univers aussi lisse et aussi régulier à grande échelle que le nôtre à l’heure actuelle… C’est un peu comme la cohorte bien connue de singes tapant sur leurs machines à écrire – la plus grande part de ce qu’ils écriront sera à mettre au rebut mais, très occasionnellement, par pur hasard, ils écriront l’un des sonnets de Shakespeare.

P. 180.

Bien sûr, il pourrait y avoir d’autres formes de vie intelligente – dont les écrivains de science-fiction n’auraient même pas rêvé – qui ne requièrent pas la lumière d’une étoile comme le Soleil ou les éléments chimiques plus lourds forgés au sein des étoiles et soufflés dans l’espace quand elles explosent. La plupart de ces ensembles de valeur auraient donné naissance à des univers qui, bien qu’ils puissent être très beaux, n’auraient contenu personne pour admirer leur beauté. On peut prendre cela comme preuve d’une résolution divine de Création et du choix des lois physiques, ou comme support du principe anthropique fort… L’état initial de l’Univers a dû réellement être choisi avec beaucoup de prudence, si le modèle de Big Bang chaud est correct jusqu’au commencement des temps. Il serait très difficile d’expliquer que l’Univers n’aurait dû commencer que de cette façon, à moins que ce soit l’acte d’un Dieu désireux de créer des êtres comme nous.

P. 202 Tant que l’Univers aura un commencement, nous pouvons supposer qu’il a eu un créateur. Mais si r réellement l’Univers se contient tout entier, n’ayant ni frontières ni bord, il ne devrait avoir ni commencement ni fin : il devrait simplement être. Quelle place reste-t-il alors pour un créateur?

P. 242 Si nous découvrons une théorie complète, elle devrait un jour être compréhensible dans ses grandes lignes par tout le monde, et non par une poignée de scientifiques. Alors, nous tous, philosophes, scientifiques et même gens de la rue, seront capables de prendre part à la discussion sur la question de savoir pour quoi l’Univers et pourquoi nous existons. Si nous trouvons la réponse à cette question, ce sera le triomphe ultime de la raison humaine – à ce moment, nous connaîtrons la pensée de Dieu.

Read More

Lettre à Stephen Hawking


Posted on 18 Avr 2020

Cher Stephen Hawking,

Je ne peux pas m’empêcher de penser que vous êtes toujours de ce monde.

Je n’ignore pas, bien sûr, que vous êtes décédé le 14 mars 2018. Mais je souhaite parler d’un livre que vous avez écrit: « Une brève histoire du temps, du Big Bang aux trous noirs ».

Je me permets de vous adresser la présente lettre. Faute de pouvoir vous la faire parvenir par la poste, je prends l’initiative de la publier dans mon site internet « 06demain ».

Je viens de lire votre livre que je viens de citer et j’ai, à tort ou à raison, l’impression que vous y traitez la question de savoir qui a créé le monde.

Je dois dire que cette question me préoccupe aussi. Elle a largement nourri la lecture que je viens de faire de votre livre. Je me permets de vous soumettre un compte rendu de cette lecture. Je souhaite en effet parler de ce livre avec les nombreuses personnes avec qui je partage le même besoin de savoir qui a créé le monde.

Je vous dis ma respectueuse amitié.

Pierre Marchou

Tentative de résumé du livre « Une brève histoire du temps, du Big Bang aux trous noirs ».

Chapitre 1. Notre vision de l’univers.

D’où vient l’Univers et où va-t-il?

Aujourd’hui les savants décrivent l’Univers d’après deux théories partielles de base, la théorie de la Relativité générale et la Mécanique quantique.

L’un des plus grands efforts en physique aujourd’hui, et le thème majeur de ce livre, portent sur la recherche d’une nouvelle théorie qui les engloberait toutes les deux – une théorie quantique de la gravitation. Aujourd’hui, nous avons encore très envie de savoir pourquoi nous sommes là, et d’où nous venons.

Chapitre 2. L’espace et le temps.

La théorie d’Einstein de la Relativité générale suggérait que l’Univers devait avoir un commencement et, peut être, une fin.

Chapitre 3.Nous savons maintenant que notre Galaxie n’est qu’une des centaines de milliards de galaxies que nous montrent les télescope modernes, chaque galaxie contenant elle-même quelques centaines de milliards d’étoiles.

Cette découverte d’un Univers en expansion fut l’une des grandes révolutions intellectuelles du vingtième siècle.Il est facile de se demander pourquoi personne n’y avait pensé avant…

Au début des années 1970, nous avons été forcés d’orienter nos recherches sur la compréhension de l’Univers en partant de notre théorie de l’infiniment grand vers notre théorie de l’infiniment petit. Cette théorie, la Mécanique quantique, sera décrite par la suite, avant que nous tournions nos efforts vers la combinaison de ces deux théories partielles en une unique théorie quantique de la gravitation.

Chapitre 4. Le principe d’incertitude.

Comment prédire les évènements futurs avec exactitude si l’on n’est même pas capable de mesurer l’état présent de l’Univers avec précision! Einstein, prix Nobel pour sa contribution à la Mécanique quantique, n’a jamais admis cependant que l’Univers soit gouverné par le hasard; il a exprimé son sentiment dans la célèbre formule : « Dieu ne joue pas aux dés. »

Chapitre 5. Particules élémentaires et forces de la nature.

Pour Aristote, toute la matière dans l’Univers était composée de quatre éléments de base: la terre, l’air, le feu et l’eau. Ces éléments étaient animés par deux forces: tendance pour la terre et l’eau à couler, tendance pour l’air et le feu à s’élever. Cette répartition des contenus de l’Univers entre matière et forces est toujours en usage aujourd’hui.

Chapitre 6. Les trous noirs

Grâce à la dualité onde/particule de la Mécanique, la lumière peut être considérée à la fois comme une onde et comme une particule.

Pour comprendre comment un trou noir peut se former, il nous faut d’abord comprendre le cycle de vie d’une étoile. Une étoile se forme lorsqu’une grande quantité de gaz (de l’hydrogène en majorité) commence à s’effondrer sur elle-même à cause de l’attraction gravitationnelle.

Chapitre 7. Des trous pas si noirs que cela.

Stephen Hawking déclare: « avant 1970, ma recherche, en Relativité générale avait été principalement centrée sur la question de savoir s’il y avait eu ou non une singularité de type Big Bang. Cependant, un soir de novembre de cette année-là, peu après la naissance de ma fille Lucy, je me mis à penser aux trous noirs en allant me coucher. Mon invalidité rend cette opération très longue. A cette époque là, il n’y avait pas de définition précise pour désigner quels points de l’espace-temps sont à l’intérieur d’un trou noir et lesquels sont à l’extérieur. »

Chapitre 8. Origine et destin de l’univers.

La théorie de la Relativité générale d’Einstein prédit que l’espace-temps a commencé dans une singularité de type Big Bang et qu’il finira soit dans un grand écrasement , ou Big Crunch (si l’Univers se recontractait), soit dans une singularité à l’intérieur d’un trou noir (si une région locale, comme une étoile, s’effondrait).

L’Univers a-t-il en fait un commencement et une fin? Et si oui, à quoi ressemblent-ils?

Chapitre 9. La flèche du temps.

Au début du siècle, les gens croyaient en un temps absolu. Cependant, la découverte que la vitesse de la lumière était la même pour tout observateur, indépendamment de son éventuel mouvement, nous conduisit à la théorie de la Relativité, et là, il fallut abandonner l’idée d’un temps unique et absolu.

Chapitre 10. L’unification de la physique.

Einstein a passé sans succès le plus clair de ses dernières années à la recherche d’une théorie unifiée, mais l’heure de celle-ci n’avait pas encore sonné. Ayant dit cela, je crois encore qu’il y a des bases d’optimisme prudent qui nous permettent d’espérer la fin prochaine de la quête des lois ultimes de la nature.

Conclusion.

Nous nous trouvons dans un monde déroutant. Nous voulons donner un sens à ce que nous voyons autour de nous et poser les questions suivantes : quelle est la nature de l’Univers? Quelle est notre place dans l’Univers et d’où venons-nous, lui et nous?

Si nous découvrons une théorie complète, elle devrait un jour être compréhensible dans ses grandes lignes par tout le monde, et non par une poignée de scientifiques. Alors nous tous, philosophes et même gens de la rue, serons capables de prendre part à la discussion sur la question de savoir pourquoi l’Univers, et pourquoi nous existons. Si nous trouvons la réponse à cette question, ce sera le triomphe ultime de la raison humaine.

Ainsi s’achève ma tentative de compte-rendu de là « Brève histoire du temps »

Cher Stephen Hawking, je suis loins d’être sûr d ‘avoir été capable de résumer votre livre. En effet, il est, comme un être vivant, riche de découvertes souvent inattendues et de remarques qui peuvent sembler quelques fois provocantes.

Votre absence, je la vis aujourd’hui comme une impossibilité d’accepter le silence comme seule réponse à ce que vous avez souhaité dire à vos contemporains.

C’est pourquoi je publie cette présente lettre, en me permettant d’inviter tous ceux qui le souhaiteront à prendre la parole à ce sujet. Il leur suffira, pour ce faire, d’envoyer un texte qui sera publié intégralement sur mon blog « 06demain », en association avec le présent article.

Je vous redis ma respectueuse amitié.

Pierre Marchou

Read More

MERCI !


Posted on 9 Fév 2020

Merci !

Oui, je tiens à remercier sincèrement tous ceux qui viennent d’avoir la gentillesse de m’adresser un salut amical à l’occasion de mon récent anniversaire.

Et j’éprouve tout d’un coup le besoin de leur faire part d’une réflexion que m’ont inspiré les grèves nombreuses qui se sont récemment manifestées pour demander au gouvernement actuel de renoncer à l’élaboration du projet de loi en cours, portant sur la création d’une loi générale traitant du droit de chaque Français à une retraite méritée.

J’ai eu le regret, en effet, d’observer que certains syndicats de travailleurs qui exercent dans le domaine des transports publics ont décidé l’année dernière, d’arrêter le travail de leurs membres dans le but d’obtenir de notre actuel gouvernement qu’il renonce au projet de travailler en faveur d’une législation générale concernant le droit à la retraite. En d’autres termes de nombreux Français se sont trouvés privés, l’an dernier, de leurs moyens de transport par des travailleurs qui estimaient qu’ils avaient le droit de provoquer des arrêts de travail dans le but d’intervenir dans le débat concernant le futur régime de retraite.

Je crois utile de préciser que le droit de grève résulte de textes précis qui figurent dans la Constitution française. Ces textes sont facilement accessibles sur internet. Ils précisent clairement le droit des travailleurs de négocier avec leur employeur les conditions de leur travail, y compris, bien sûr, le montant de leur salaire. Mais ils excluent clairement le droit d’agir dans un autre domaine que celui de leur travail.

Je termine en disant que chaque citoyen de notre pays a, bien entendu, le droit de ne pas être d’accord sur l’actuel projet de notre gouvernement concernant le futur statut de la retraite. Mais je me permets de rappeler que le statut de la retraite relève de la loi. Il appartient à notre parlement, et à lui seul, de se prononcer par la voix de nos députés, qui ont étés démocratiquement élus pour concevoir et élaborer nos lois.

Pierre Marchou

Read More

A VOUS QUI LISEZ MON BLOG


Posted on 10 Jan 2020

A vous qui lisez mon blog « 06demain.fr » , j’adresse la présente lettre.

En France, on peut constater qu’une grave immobilité paralyse la mise en oeuvre du régime des retraites.

En ce qui concerne le monde : il menace de brûler.

Je nous souhaite, quand même, une bonne année.

Mais ce souhait m’impose, cependant, de vous faire part des questions qui, je crois, nous concernent tous.

Au sujet du projet de réforme du régime des retraites, je rappelle tout d’abord que les citoyens de notre pays sont, par l’intermédiaire des députés, les auteurs de nos lois. En effet, l’article 3 de la Constitution du 4 octobre 1958 précise que la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par la voix de ses représentants, les députés, et par la possibilité de mettre en oeuvre le référendum.

Par ces deux modes d’expression, les électeurs sont, en France, à l’origine des lois en vigueur. Et comme ils les ont mises en oeuvre, il leur revient de les respecter.

La possibilité d’une désobéissance à la loi n’est envisageable qu’en dernier recours, une fois épuisés tous les moyens légaux de faire valoir une revendication ou une contestation. Ces moyens sont nombreux, qu’il s’agisse des différents droits d’opposition, comme la manifestation sur la voie publique, la grève, ou des divers recours juridiques, comme la question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

Ces droits et ces libertés, nos députés ont le droit, et le devoir, de les défendre. Malheureusement, il faut bien reconnaître qu’ils ne sont guère présents, aujourd’hui, dans ce débat.

Les syndicats, eux, y sont très présents. Et cette présence est une bonne chose. À condition, toutefois, qu’elle ne nuise pas au travail des députés. On peut regretter, aujourd’hui, que les députés soient peu présents dans le débat politique en France.

Venons en, maintenant, à ce qui concerne le monde : il faut bien voir qu’il menace de brûler.

On pouvait lire dans le journal « Le Monde » daté du 7 janvier 2020 un article alarmant sur l’incendie qui progresse, en Australie, entre l’Etat de Victoria et la Nouvelle- Galles du Sud. « Ce n’est pas un feu de brousse, c’est une bombe atomique. Il cause un enfer, des dévastations indescriptibles » déclarait samedi 4 janvier, sur la radio ABC, Andrew Constance, ministre des transports de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud.

Le feu qui sévit en Australie menace le monde entier. Il est temps que chaque Français, en tant que TERRIEN, se sente concerné par ce drame.

Pierre Marchou

Read More

QUI ES-TU?


Posted on 26 Sep 2019

QUI ES-TU?

Je suis un être vivant.

D’OÙ VIENS-TU?

Je ne sais pas d’où je viens, en dehors de mes parents, qui m’ont enfanté.

OÙ VAS- TU?

Je ne sais pas où je vais, au delà de la mort qui m’attend.

Certes, j’ai beaucoup écouté de paroles passionnantes, beaucoup lu de textes très riches, beaucoup vécu d’expériences profondes au sujet des trois questions ci-dessus posées.

Mais, j’ose à peine le dire, ces trois questions continuent de me poursuivre.

Et je serais heureux d’engager avec vous un dialogue susceptible de tenter de leur donner une réponse.

Pierre Marchou

Read More

Lettre à Solange Fustier


Posted on 24 Juin 2019

Chère Solange,

Je respecte tes obsèques, qui se déroulent aujourd’hui.

Cependant permets-moi de te le dire : pour moi, tu es toujours vivante. Et je crois que je ne suis pas le seul à éprouver ce que je te dis là.

Chaque jour, tu as servi la vie. Et cela ne peut pas s’arrêter.

Je te dis, mon respect. Et ma profonde affection.

Pierre

Read More


Posted on 20 Juin 2019

Les deux yeux d’un petit poisson.

Je reviens sur un souvenir que j’ai, naguère, déjà évoqué.

Il y a quelque temps, nous étions, mon épouse et moi, en train de déjeuner dans un petit restaurant en bord de mer. Nous avions commandé une friture de poissons. La friture était bonne.

Et voilà que je regarde, dans mon assiette, un des petits poissons frits. De la tête jusqu’au bout de la queue, il mesure environ 6 ou 7 centimètres. Je distingue ses deux yeux. Je constate qu’ils ressemblent tout à fait à mes propres yeux, même si ils sont bien plus petits que ces derniers.

Et je mange avec plaisir mon poisson frit…

Aujourd’hui, en évoquant à nouveau ce souvenir, je m’interroge sur le comportement qui a été le mien. Je venais en effet de constater une sorte de similitude entre ce poisson et moi. Et j’avais mangé avec plaisir le corps de cet être qui me ressemblait pourtant de bien près. N’y avait-il là, de ma part, un certain manque de logique? J’avoue avoir du mal à répondre à cette question.

J’observe, en outre, qu’une autre remarque aurait pu me venir à l’esprit : notre ressemblance, entre le poisson et moi, est peut-être susceptible de suggérer que nous avons, malgré nos différences, un même auteur?

Oui, il faut bien reconnaître qu’une friture de poisson peut – pourquoi pas?- poser à ceux qui s’en régalent des questions inattendues.

Pierre Marchou

Read More

NOTRE MONDE PEUT-IL SE GOUVERNER?


Posted on 9 Juin 2019

J’ai visionné hier, sur mon ordinateur, le film intitulé « Le jour le plus long ». Comme chacun le sait, ce film relate le débarquement des troupes alliées en Normandie, le 6 juin 1944.

Et, malgré le respect que j’ai pour tous ceux qui, comme moi, assistent, ces jours-ci, à la célébration de ce débarquement, j’éprouve le besoin de dire que j’ai été frappé par l’horreur des scènes de massacre que nous montrent les combats qui ont eu lieu.

Ce massacre garde sa terrible cruauté, même si l’on sait qu’il était la conséquence d’un besoin justifié dans son principe : opérer une action militaire qui permette aux pays d’Europe de reprendre la libre disposition de leur destin.

« Le jour le plus long » montre des combattants qui estimaient qu’ils étaient là pour tuer l’adversaire. Tuer l’adversaire était, pour eux, leur seul moyen de survie, en même temps que le seul moyen d’obtenir la libération des pays européens occupés par l’Allemagne.

Cela dit, on peut se poser la question de savoir si tuer son ennemi est bien la seule possibilité d’obtenir ce que l’on attend de lui.

Et si tuer son ennemi n’est pas le seul moyen d’obtenir ce qu’on attend de lui, la guerre ne peut pas se justifier, quelle que soit la raison susceptible de faire appel à elle.

Voilà bien pourquoi notre monde doit trouver le moyen d’éviter la guerre.

Pour ce faire, il doit apprendre à se gouverner, même si c’est difficile.

Se gouverner, c’est agir en faveur de la vie. C’est négocier inlassablement, jusqu’à obtenir pacifiquement ce que l’on souhaite.

Oui, notre monde doit apprendre à se gouverner, pour obtenir ce que nous souhaitons sans recourir à la guerre.

Et ce que nous souhaitons, ce n’est pas la mort de quelqu’un. C’est la vie pour chacun de nous.

Il n’y a pas de temps à perdre.

Amenons notre monde à se gouverner.

Pierre Marchou

Read More